Fédération française de Cyclotourisme Association Sportive Meudonnaise Site FSGT Site du trophée Ufolep
Les news
Le forum
Le forum : L\'Ariegeoise 2009

samedi 04 juillet 2009

L'Ariegeoise 2009

Auteur: pierre gadiou
L'Ariegeoise - 27 juin 2009 - Tarascon su Ariège (Ariège)

L 'Ariégeoise est l'épreuve française du Trophée Golden Bike UCI. Elle fait également partie du trophée Label d'Or FFC et du trophée Sud Eco Tour organisé par mes amis du club Sud Velo Ne Jetez Plus qui sont venus en nombre et ont disposé sur le parcours de nombreux panneaux d'information et des points de dépôt des déchets incitant les concurrents à respecter l'environnement. Nous sommes également huit « patrouilleurs » Eco Cyclo .
Avec 3740 inscrits, l'édition 2009 de l'Ariégeoise dépasse les précédentes. Je regrette cependant qu'il n'y ait que 800 inscrits sur le grand parcours et 2200 sur le petit parcours ce qui confirme une tendance à mon avis regrettable pour le cyclosport.
C'est ma cinquième participation à cette épreuve dont l'un des attraits est de changer de parcours chaque année ce qui permet de découvrir de nouveaux aspects d'un département qui regorge de beaux cols pour les cyclistes.
Cette année le parcours de 165 km et 3400 mètres de dénivelé au départ de Tarascon sur Ariège passait par le Port de Lhers (1517 m), le col de la Core (1395 m) et le difficile col d'Agnes (1570 m) avant un deuxième passage au port de Lhers et la descente sur l'arrivée à Auzat
Bernard Thévenet, parrain de l'épreuve, donne le signal du départ sous un ciel redevenu clair après les fortes pluies de la veille.
Après une douzaine de kilomètres parcourus à allure modérée, l'énorme peloton se disloque dès les première rampes assez sévères du port de Lhers . Je monte à ma main et l'arrivée au sommet de ce col très pastoral est toujours un plaisir.
Suit ensuite une très longue descente vers Massat et je souviens qu'il y a deux ans nous avions remonté ce versant par une chaleur accablante et que de nombreux cyclistes étaient à pied ou allongés sur le bord de la route.. Dans la vallée des groupes se reforment dans les longs faux plats descendants en direction de Saint-Girons et je me retrouve avec une trentaine de concurrents emmenés efficacement par six membres d'un club espagnol de triathlon qui ne se font pas priés pour prendre les relais. Nous nous dirigeons vers le col de la Core qui ne présente pas de passage très difficile mais les quatorze kilomètres d'ascension sont usants et il commence à faire chaud.
La descente me permet de me refaire une petite santé avant d'attaquer les longs faux plats montants en direction d'Aulus les Bains dans un groupe d'une vingtaine de cyclos dans lequel nous ne sommes que deux à prendre les relais ce que j'ai du mal à comprendre. Après un ravitaillement dans le village se dressent les premières rampes à plus de 10% du redoutable col d'Agnès il fait maintenant très chaud et je commence à doubler des concurrents du petit parcours parfois arrêtés ou à pied. Ma moyenne doit tourner autour de 8 kmh dans les dix kilomètres de montée de ce col et seule la volonté me pousse car les jambes ne veulent plus rien savoir. Heureusement, le paysage de la haute montagne ariégeoise est grandiose et je me réjouis de constater que le nombre d'emballages jetés sur la route est inférieur à ce que j'ai constaté sur les autres épreuves cet été.. Une descente bienfaitrice de quatre kilomètres jusqu'à l'étang de Lhers précède la dernière difficulté, les quatre derniers kilomètres de montée pas trop pentus vers le port de Lhers. De nombreux parapentistes ont envahi les lieux et je les envie de planer dans ce superbe environnement.
La dernière descente très rapide par le versant gravi le matin permet de rejoindre l'arrivée dans le petit village d'Auzat. Je termine 615ème sur 802 classés en 7h52 soit 22 kmh dans les temps de la médaille d'or. Le vainqueur, Alain Vigne, a mis 5h13.
L' Ariégeoise est sans aucun doute une des plus belles cyclosportives françaises et malgré son grand succès populaire réussit à rester très conviviale. Lorsqu'on demande à l'organisateur, Jean-Claude Echeyne quel est son secret, il répond sans hésiter : « l'Ariége »...

Pierre Gadiou