Fédération française de Cyclotourisme Association Sportive Meudonnaise Site FSGT Site du trophée Ufolep
Les news
Le forum
Le forum : Paris Roubaix Challenge

mardi 12 avril 2011

Paris Roubaix Challenge

Auteur: pierre gadiou
Paris -Roubaix Challenge le 9 avril 2011

Lorsque l’on a l’occasion de réaliser un rêve de jeunesse, il ne faut pas s’en priver ! C’est ainsi qu’en décembre dernier je me suis inscrit, sans trop réfléchir, à la première édition du Paris-Roubaix Challenge organisé par ASO la veille de la course des pros. A l’origine, ce devait être une cyclosportive sur route totalement fermée à la circulation, mais quelques jours avant l’épreuve, les organisateurs ont du se résigner à la transformer en randonnée faute d’obtenir les autorisations nécessaires. Mon seul objectif étant de découvrir l’Enfer du Nord, ce changement ne m’a pas gêné à la différence d’environ un tiers des inscrits, accros du classement, qui ont annulé leur participation.
Nous sommes un peu plus de mille au départ de Saint-Quentin parmi lesquels Sean Kelly et Andrea Taffi, deux anciens vainqueurs, de nombreux étrangers et trois membres de l’AS Meudon : Alan Burnside, Frédéric Millet et moi-même
Les participants répartis en dix sas, en fonction de leur niveau, portent un dossard comme sur une cyclosportive. Bernard Hinault, également ancien vainqueur, donne le signal du départ de chacun des sas toutes les trois minutes. L’appréhension est palpable et chacun se demande comment il va négocier ce parcours de 138 km qui conduit au Carrefour de l’Arbre en empruntant 29 kilomètres de pavés répartis sur 15 secteurs commençant et finissant par une banderole numérotée. Heureusement, le temps est magnifique et les routes sont sèches. Placé dans le troisième sas, je démarre peu avant huit heures et je suis surpris par la très vive allure du peloton qui semble avoir oublié qu’il s’agit d’une randonnée. Les cinquante premiers kilomètres, très exposés au vent, sont relativement vallonnés avec une succession de petits toboggans sur de grandes lignes droites. 400 signaleurs placés à tous les carrefours et plusieurs motos assurent parfaitement la sécurité des participants.
A l’approche du premier secteur pavé, l’inquiétude grandit. Le voici enfin au cinquantième kilomètre à Escaudoeuvres. Dès les premiers hectomètres pavés, on se demande ce que l’on est venu faire dans une telle galère. Un premier ravitaillement permet de reprendre ses esprits avant d’attaquer des secteurs pavés plus difficiles. Par le chemin des Prières et le chemin des Abattoirs, nous arrivons au secteur pavé de Mons-en-Pévèle, long de 3000 mètres ; classé 5 étoiles, difficulté maximum sur Paris-Roubaix. Un développement souple de 40x16 me permet de passer sans encombre en évitant les trous et les pavés trop disjoints. A ce petit jeu, les crevaisons et les bris de chaîne sont nombreux et quelques chutes sont à déplorer. Malgré une guidoline doublée, je sens bientôt des ampoules se former dans les paumes de mes deux mains. Curieusement, on finit par s'habituer aux pavés, à choisir la bonne trajectoire, à rester si possible au centre de la route ou plutôt du chemin, en haut du pavé, qu'il faut cependant parfois quitter pour éviter l'herbe. On se met même à attendre avec impatience le secteur suivant! A une vingtaine de kilomètres de l’arrivée, je retrouve Frédéric avec qui je termine le parcours. Le dernier secteur pavé de 2100 m, également classé 5 étoiles, finit de nous broyer et nous conduit au mythique Carrefour de l’Arbre vers 13h00.
Fredéric reste là pour attendre ses accompagnateurs tandis que je rejoins le village d’arrivée situé à cinq kilomètres où je reçois une médaille souvenir de ce parcours mémorable. Je retrouve Alan, tout aussi ravi que moi par cette superbe journée de vélo. A 14h30, je prends le car, affrété par l’organisation, qui me ramène au départ, la tête pleine d’images qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire cycliste. Les pavés de Mons en Pevèle et du Carrefour de l’Arbre sont à classer au Panthéon du vélo au même titre que le Tourmalet, le Galibier, le Ventoux, le mur de Grammont, le Barbotto, le Kemmelberg…

Oui c’est bien de réaliser quand on le peut ses rêves de jeunesse !

Pierre