Fédération française de Cyclotourisme Association Sportive Meudonnaise Site FSGT Site du trophée Ufolep
Les news
Le forum
Le forum : La Béarn Cycl\'Espoir 2011

samedi 02 juillet 2011

La Béarn Cycl'Espoir 2011

Auteur: pierre gadiou
Béarn Cycl'Espoir: 26/06/2011 à Oloron Sainte-Marie (Pyrénées Atlantiques)

Canicule sur les vertes Pyrénées

Pour sa huitième édition, la Béarn Cycl’Espoir a battu son record de participation avec 400 concurrents qui ont pédalé pour une noble cause, les bénéfices de la manifestation étant reversés à la recherche sur la sclérose latérale amyotrophique.
Au départ d’Oloron Sainte-Marie, deux superbes circuits à cheval sur les vallées d’Aspe et d’Ossau circuits étaient proposés : la Marie Blanque (100 km par les cols de Marie Blanque et d’Ichère) et l’Ossaloise (175 km et 3000 mètres de dénivelé par les cols mythiques d’Aubisque, du Soulor et de Marie Blanque).
La Béarn Cycl’Espoir est organisée par mes amis de l’UFOLEP 64 avec lesquels j’organise l’Immortelle, je suis donc ici un peu en famille. De plus, j’aime bien cette épreuve car elle emprunte mes deux cols préférés, ceux dans lesquels j’ai découvert le vélo en montagne et que j’ai gravi plus de cent fois depuis mon adolescence. Malgré la canicule annoncée et une petite forme je décide donc de faire le grand parcours.
A Bielle, à l’entrée de la vallée d’Ossau, le challenge Raymond Mastrotto, est l’occasion pour les puncheurs d’en découdre avant d’attaquer les cols et de rendre hommage à l’un des plus illustres champions cycliste béarnais, vainqueur de l’étape Luchon-Pau du Tour 1967.
Dans la montée du col d’Aubisque (1709mètres), une luminosité remarquable permet de profiter dans les meilleures conditions du paysage grandiose du cirque de Gourette dominé par la face nord du pic du Ger avant de plonger vers le col du Soulor par l’impressionnante route en corniche du cirque du Litor, passage historique du Tour de France depuis 1910. Je gère correctement la montée et j’arrive en assez bon état au ravitaillement du col du Soulor. Je déplore au passage le comportement inadmissible de quelques concurrents pressés avec les bénévoles dont faisait partie Catherine. Certains autres sont incapables d’utiliser les poubelles mises à leur disposition, préférant jeter leurs déchets à même le sol. Heureusement, la route fut globalement épargnée par les jets d’emballage et je n’eus à intervenir qu’une fois auprès d’un concurrent palois qui fit d’abord mine de ne pas entendre puis finit par reconnaître qu’il avait tord.
La température, élevée dès le départ, devient difficilement supportable dans les pentes très exposées au soleil de Marie Blanque. De nombreux concurrents s’arrêtent dans les rares points d’ombre et certains font demi-tour. Pour me motiver, je pense à mes ascensions hivernales de ce col qu’il m’arrive assez souvent d’aller grimper le 1er janvier.
Le retour vers Oloron sur des routes vallonnées est caniculaire et à l’arrivée, le thermomètre marque 39 degrés à l’ombre.
Jean-Marc Goudin, grand habitué des podiums pyrénéens, échappé dans Marie Blanque, est le premier à franchir la ligne d’arrivée.
Je termine 112ème sur seulement 118 classés car la canicule a entraîné plus de cinquante abandons sur le grand parcours et quelques interventions du médecin
Merci à Jean-Jacques Téchené et à sa sympathique équipe de bénévoles pour la qualité de l’organisation et la beauté du parcours qui mériteraient une participation bien plus importante.

Pierre