Fédération française de Cyclotourisme Association Sportive Meudonnaise Site FSGT Site du trophée Ufolep
Les news
Le forum
Le forum : La Marmotte GranFondo

samedi 20 juillet 2013

La Marmotte GranFondo

Auteur: Yves Moulin
Voilà, c'est fait!
Depuis le temps que je voulais en être de La Marmotte... pas celle qui s’étire le long des douces collines verdoyantes de l'Aveyron mais bien celle qui passe par des altitudes peu raisonnables (Le Glandon à 1924m, Le Telegraphe à 1570m, Le Galibier à 2645m et l'Alpe d'Huez à 1880m)
C'est en compagnie de quelques 8000 participants, dont une majorité non Français, que j'entamais ce long périple de 175 km, 5000m de dénivelé positif, sous un soleil radieux et tout en confiance à la vue de mes dernières sorties en vallée de Chevreuse....
Je déchantais très vite car dès les premières pentes du Glandon, environ 10%, j'étais déjà sur le 34X25, mon plus petit développement ! 2ème coup au moral quand je vis inexorablement s’éloigner mes collègues de travail pensionnaires du club de Lardy ; et enfin lorsque vers la fin de cette montée, notre colombien Meudonnais (Carlos Osorio) trouvant un terrain à sa convenance, me doublait comme une fusée avec un chaleureux "allez Meudon !".
Enfin le sommet, petite halte pour faire le plein et admirer le panorama, puis descente à suivre neutralisée. Petite frayeur pour un grand nombre de cyclos, une vache voulant profiter du spectacle s’était installée au beau milieu de la route, à la sortie d’un virage!
Lente remontée vers St Michel de Maurienne, vent dans le dos une fois n’est pas coutume, puis attaque du col du Télégraphe, col que j’ai ma foi bien passé ; mais quel dommage que l’on soit obligé de redescendre brutalement 5 à 6 Km vers Valloire avant de gravir Le Galibier….
L’entame de ce col mythique s’est bien passée en compagnie de 2 de mes collègues rejoints à la faveur d’arrêts plus rapides aux ravitos. Nous allions rester tous les 3 pour le reste de la balade. Je me demandais aux 2/3 de la montée où diable cette route pouvait bien passer ; c’est véritablement un mur de rocaille qui s’offrait à nous. Ce n’est qu’en levant la tête bien haut que je devinais des cyclistes entre les rochers et les névés, et toujours avec mon 34X25…. Et puis grande désillusion de ne pas pouvoir emprunter le tunnel à environ 3 Km du sommet. C’est donc dans la douleur que le sommet fut franchi et le ravitaillement fort apprécié.
Je n’ai pas fait le malin dans la descente, moi qui aime pourtant cela, afin de récupérer et tenter de me débarrasser de crampes qui pointaient (c’est la première fois que ça m’arrive en descente) en sachant qu’au bout, vers Bourg d’Oisans il reste quelques 14Km et 21 virages…
C’est avec une certaine appréhension et beaucoup de fatigue que seront abordées les premières rampes de l’Alpe d’Huez … et ma dernière topette (coup de fouet qu’ils disent, mon œil !), et le tout sous 30°C à l’ombre… mais pas d’ombre. De plus, la voiture à Bourg d’Oisans, des cyclistes arrêtés ou marchant, d’autres ayant finis dévalant la pente, de multiples points d’eau…. ainsi beaucoup de paramètres m’incitaient à bâcher comme on dit dans le milieu.
J’ai ainsi vécu un véritable chemin de croix à 7 Km/h de moyenne sans mettre pied à terre, en évitant de regarder le n° des virages, les Km restants…. pour terminer en 8h35 à la 2178eme place et en prime la médaille d’or dans ma catégorie, en me répétant plus jamais ça, plus jamais ça.
C’était il y a 2 semaines….que c’est beau la montagne à vélo !!

Yves Moulin