Fédération française de Cyclotourisme Association Sportive Meudonnaise Site FSGT Site du trophée Ufolep
Les news
Le forum
Le forum : Lombardie

jeudi 12 septembre 2013

Lombardie

Auteur: Pierre Siboni
Suite à une météo incertaine en ce début juillet, nous avions décidé avec mes amis Robert et Hannes de nous retrouver le 2 septembre. Rendez vous fut pris et nous voilà réunis à Tubre à la frontière Italo-Suisse à l’hôtel Lamm, que je vous recommande.

lundi 2 c'est le départ , nos vélos et nos bagages (env. 7kg) sont fin prêts pour ce périple. Nous débutons par une longue descente jusqu'à Prato Allo Stelvio, là clignotant à droite et vous l'aurez compris çà commence à monter. A Gomagoi nous décidons en guise d'échauffement d'aller visiter la station de Sulden. Pour cela nous laissons nos bagages dans un café et nous montons sur 10 km jusqu' à 1850m sur une route bien tranquille et agréable. Après avoir récupéré nos bagages les choses sérieuses commencent et c'est la montée mythique du Stelvio (Cima Coppi) et ses 47 virages tous numérotés. Mais lorsqu'on arrive au N° 26 on se retrouve face à un mur et on se demande comment va-t-on réussir à se hisser tout en haut. Heureusement chaque virage est un lacet avec un plat où on peut récupérer un peu. Et quelle montée dans des paysages grandioses avec non loin le massif de l'Ortles aux cimes encore enneigées avec le soleil qui semble vouloir s'installer et qui ne nous quittera pas tout au long de cette semaine. Arrivés au sommet (2758m) du 3° col Européen nous nous empressons de quitter nos maillots trempés et de nous vêtir comme en hiver: jambières, bonnet, gants pour faire la descente vers Bormio. Nous la faisons à trés vive allure sur cette très belle route qui nécessite tout de même une grande prudence dans des tunnels peu larges et mal éclairés et dans des secteurs étroits à l'arrivée sur Bormio. Mais par bonheur le trafic était réduit en ce jour de semaine.

Mardi en route pour le Passo di Gavia (2621m) qui semble facile en cette belle matinée, mais après Santa Caterina çà se raidit sérieusement avec de longues rampes parfois à 14%.
Mais les 2 derniers km sont plus aisés et vous remplissent de bonheur dans ces paysages fabuleux où les sommets se reflétent dans les lacs Bianco et Negro. A partir du col, 67 km de descente au cours de laquelle nous nous arrêtons sur la place de Ponte di Legno pour un déjeuner de pâtes, bien sur. Le village est dévoué au Giro avec çà et là des photos des champions passants les cols sous la neige. Nous poursuivons cette descente jusqu'à Breno et remontons un peu jusqu'à Prestine où nous passons la nuit à l’hôtel Oasis Verde tenu par un ancien mineur italo-alsacien, amoureux de bicyclette et qui nous reçoit chaleureusement en nous faisant déguster quelques uns de ces bons crûs. Merci Mario.

Mercredi matin, un peu mal aux cheveux. Après avoir laissé là aussi nos bagages à l'hotel, nous faisons le Passo Crocedomini en A & R (1864m pour 17km ) que nous enchainons sous la chaleur par le Croce di Salven et la remontée vers Schilpario lors de cette étape de transition de 73 km.

Jeudi matin après une bonne nuit de sommeil bien tranquille nous nous dirigeons vers le Passo di Vivione à 1691m d'altitude par une route des plus calme dans un petit matin bien frisquet dans une superbe foret. Une fois le col atteint, les vêtements chauds vite ré enfilés, un café englouti, nous entamons la descente très délicate et dangereuse. Le revêtement est médiocre, la route très étroite fait à certains endroits à peine 2 mètres de large,et la visibilité dans les virages est nulle. Et ce qui devait arriver arriva, au détour d'un virage surement pris trop rapidement, je suis surpris par une voiture en sens inverse, je bloque la roue arrière, le vélo dérape, je rebondis sur le coté de la voiture qui me renvoie sur un muret. Patatras parterre. Heureusement plus de peur que de mal, je me relève avec quelques brûlures superficielles. Mais la roue avant est voilée. Nous la redressons tant bien que mal et décidons de poursuivre cette descente infernale pour réparer à Edolo. A nouveau une crevaison pour mon ami Robert. La descente terminée nous décidons afin d’éviter la chaleur et le trafic routier, de prendre le train jusqu'à Edolo. Une fois à Edolo pause pâtes, mais pas de réparateur vélo, alors on continue on remonte le col Aprica pour arriver au terme de cette dure journée à Tirano où un vélociste me répare cette roue voilée. Ouff!

Vendredi matin délesté à nouveau des bagages nous débutons le Mortirollo(1852m) via Grosio: 14km à 8.10% de moyenne et un dénivelé de 1134m.Dur dur avec des passages à 16%. La journée est radieuse et nous rentrons à Tirano par le col Aprica à nouveau.

Samedi matin il est temps de rentrer. Nous prenons un bus pour Bormio à l’arrière duquel le chauffeur accroche nos vélos avec précaution. On le surveille mais ici ils ont l'habitude. au bout d'une heure, à Bormio nous remontons le Stelvio dans l'autre sens. La route me paraît encore plus majestueuse sur ce versant. Mais nous sommes samedi sous un soleil magnifique et le trafic est dense.Trop de voitures et surtout trop de motos et surtout trop de bruit. Les pétarades des engins s'entendent sur des kilomètres à la ronde. C'est lamentable de gâcher ainsi un tel décor. Au col c'est presque la foire d'empoigne mais l'émotion reste intacte d' être arrivé. Aprés avoir déguster un sandwich saucisse-choucroute (délicieux!) et un apfelstruddle nous rentrons à Tubre par le l'Umbrail Pass par une route étroite et peu fréquentée. Le rêve pour terminer ce raid.
Une dernière nuit à l’hôtel et retour sur Clamart des images plein la tête.
Conclusions: 462km, 11930m d’ascension, 11 col franchis.
Soyez prudents dans les descentes.