Fédération française de Cyclotourisme Association Sportive Meudonnaise Site FSGT Site du trophée Ufolep
Les news
Le forum
Le forum : Grinta Challenge 2015

lundi 08 juin 2015

Grinta Challenge 2015

Auteur: Brice Seraphin
De retour au plat pays (ahahah)non loin de la frontière avec nos bourreaux belges footballeurs!
C'est à Tournai du côté du pays des collines que 4 parcours sont proposés aux cyclos fans d'épreuves vallonnées. De 69 à173 kms.
Une fois n'est pas coutume j'étais motivé pour m'aligner sur le 157 kms et ses 2013m de D+ (pourtant je n'est guère plus d'entrainement qu'avant).Mais mon timing serré (train à la gare de Tournai à 14h...) m'oblige à prendre part au 113 kms (1343m de D+). 13 côtes au programme, un parcours largement en commun avec les 2 grands parcours et un temps ensoleillé à souhait.Parfait pour les quelques 2950 participants.Dont pas mal de français (beaucoup de plaques 59, maillots de roubaix, wasquehal,etc...).
Je pars sans avoir besoin de guetter un groupe, cela s'élance sans cesse.
J'essaie de me caler avec un groupe qui roule à bonne allure (souvent aux alentours de 38km/h...), on double les cyclos en mode "randonnée" et il faut être vigilant car une des particularités de la Grinta (pas trop retrouvée dans mes expériences precédentes) ce sont ces chaussées étroites avec des revêtement parfois quelquonque et énormément de graviers/gravillons. Pas mal de courbes aussi, donc routes techniques et vigilance de rigueur.
La première escalade étant le fameux mont saint aubert avec comme bémol le non passage par son sommet. Au carrefour on ne bifurque pas à gauche en sa direction (300m à 10%) mais on fait 100m pour arriver au bien moins pentu col de jubaru. En fait les 35 premiers kilomètres sont peinards niveau difficulté.
Cela se corse après le premier raviito (au km 35...) qui s'offrira à nous via un tapis bleu posé à même le sol pour ne pas qu'on s'abîme les cales pieds. Merci à l'organisation! Après 10 minutes d'arrêt pour la pause pipi et autres remplissage de poches, les choses sérieuses commençent. En effet pas moins de 7 côtes sont au menu jusqu'au prochain ravito situé au même endroit et 42 kms plus loin. Sans compter qu'entre ces côtes repertoriées, ce sont d'incessants "coup de cul" plus ou moins long et pentu et d'innombrables faux plats montant et descendant qui jalonnent le parcours. Pas de répit, peu de plat...
A un moment vers le 50 ème kilomètres un groupe "d'avion de chasse" nous dépose par la gauche et j'essaie de l'accrocher! Au gré des faux plats montant j'arrive à l'intégrer puis vu mon aisance deconcertante lors des phases de D- je fais l'élastique...ouh ouh attendez moi les copains!(jamais plus de 50m d'écarts)). Je veux absolument atteindre la prochaine côte avec eux histoire de voir si le niveau qu'ils affichent "en plaine" est le même lorsque la route s'élève sérieusement! Je suis gâté puisque les 2 prochaines côtes s'avéreront être les 2 plus rudes du parcours (du moins pour les côtes communes aux divers parcours). Et à mon grand soulagement ce n'est pas la même chanson, le cliquetis caractéristique des changements de développement se fait de concert et pas mal s'affalent sur leurs machines! On est dans des passages supérieur à 15% et un trio se dégage (moi comprit). La côte suivante (la plus dure du parcours, hameau des papins) achèvera d 'éparpiller pour de bon le groupe des 15! Je ne comprendrais jamais pourquoi certains bombardent de la sorte alors qu'on peut rouler à bon rythme mais garder de l'energie pour les difficultés qui se profilent! (bref...)
Voila le genre de séquence qui arrivent dans ce type d'épreuve, des groupes qui se font et se défont au gré de l'inclinaison de la pente avec certaines têtes qui ne seront que d'ephémères compagnons de route, d'autres qu'on retrouvera au ravito, a l'arrivée.
Au final j'ai trouvé cette épreuve quand même moins dure que le Tour de Namur pour parler de la précedente à laquelle j'ai participé.
Certes il y avait samedi plus de côtes mais bien moins longue que sur le Tour de Namur.
Pour l'organisation c'est toujours au top, on a vraiment le sentiment d'être au coeur d'un évenement et le rapport qualité/prix est nickel.
De l'aventure, on traverse de nouveaux paysages, de nouvelles côtes, à l'arrivée ça debrief joyeusement, peloton international, etc.
Pas de points négatifs si ce n'est l'eau froide pour la douche...!!

Voila plus trop d'épreuve vallonnées maintenant avant fin aôut ou j'espère pouvoir me rendre à la vélomédiane qui a de super parcours bien bien rude!
Faudra bouffer de la côte à l'entrainement et à répetition d'ici la!