Fédération française de Cyclotourisme Association Sportive Meudonnaise Site FSGT Site du trophée Ufolep
Les news
Le forum
Le forum : Tilf-Bastogne-Tilf 2016

mardi 17 mai 2016

Tilf-Bastogne-Tilf 2016

Auteur: Brice Seraphin
3 semaines après le LBL Challenge me voila de retour au plat pays (ahahah...). Et ce pour découvrir une nouvelle épreuve (pour moi) du Cycling Tour. La fameuse randosportive Tilf Bastogne Tilf. Elle s'élance tout comme le Géant des Ardennes (autre date du CT) d'Angleur et de son Country Hall en très proche banlieue liégeoise.
Lorsque j'arrive sur place vers 8h moins, pas mal de participants sont déjà en lice. Des 6h30 il était possible de partir et pour ceux comptant boucler le grand parcours (250 kms...)l'idée n'est pas mauvaise. De la pluie étant en plus annoncée dans l'après midi sur les casques des marathoniens du vélo. De mon côté fidèle à ma perception du vélo (une matinée de selle!) et avouons le aussi, en rapport avec mon fond, ma caisse, j'opte pour le parcours le plus en rapport avec mes entrainements. A savoir le "petit" parcours, format course en fait (82 kms).
Mais ce parcours ne lèse personne car il reprend les principales difficultés des autres parcours (comme à chaque épreuve du Cycling Tour). Je vais donc pouvoir me coltiner les "soeurs jumelles". Surnom des côtes de Chambralles et de la Redoute! En effet elles présentent un D+ quasi similaire que ce soit en pourcentage moyen ou max. Idem pour leur longueur (1 km 500).
Donc après avoir posé ma plaque de cadre mais pâs agraffé mon dossard (inutile car je ne tomberais pas le coupe vent de la matinée...) je m'élance sous un ciel gris et froid. J'accroche un groupe de néerlandophone (surement un mix de flamand et de batave) mais vu que quasi d'entrée on dévale la côte de Boncelles (qui sera la dernière pour cloturer les 3 parcours), qui fait 3 kms je suis rapidement décramponné! Je ne fais rien pour m'accrocher à vrai dire. N'ayant pas les qualités de descendeur d'un Vincent par exemple je n'essaie même pas de rester au contact. Pas grave je profite du prochain groupe croisé en bas pour me faire tirer et vers le 10 ème km un groupe dit "TGV" ou du moins TB(Bonne)V nous rattrappe. Et malgré la faible température et l'humidité de l'air, je ne compte pas me faire enrhumer! M'invitant donc sans déranger à l'arrière du TBV. On roulera ainsi à une quinzaine d'élements dont une lady sacrément affûtée jusqu'au pied des choses sérieuses. A savoir pour commencer la côte de Chambralles! (1 km 500, 9,5% de moyenne et DES passages à 18/20% olé!). J'ai réussi à anticiper le pied de la côte grâce à la lady qui à un moment tendit son bras vers la droite avec insistance quelques secondes comme si elle appuyait sur une sonnette d'entrée. En fait elle prévenait son collègue de l'imminence du changement de décor!...Et donc de plateau pour la majorité des cyclistes du groupe. Effectivement, une flèche du parcours nous indiqua de tourner 30 mètres plus loin. Virage très serré, prit à faible allure et qui laisse apparaitre un vrai mur face à nous et à sa droite le panneau qui confirme ou nous sommes!! Côte de Chambralles bonjour! Je fais le vaillant et reste sur le grand plateau, prenant mon courage à deux...jambes j'attaque la côte! Etant bien au chaud dans le groupe à son pied, j'ai pu apprécier le rétrogradage quasi général de ses composantes. On se retrouve rapidement à 3, puis 2 à mener le bal pour escalader le morceau. Puis encore rapidement je me trouve seul, au gré des virages sans visibilité qui annonce encore et encore un mur, je slalome entre les gars plantés dans la bosse et lache le groupe TBV...Bien aidé par les nombreux cyclistes croisés dans l'ascension, j'ai sans cesse un point de mire et donc une source de motivation à aller chercher..En haut de la côte, beaucoup de gars récupèrent et/ou attendent des collègues dont certains ont mit pied à terre dans Chambralles! On se serait cru en haut du Mur de Milon et la difficulté d'embrayer sans pose en son sommet.
Je continue de rouler mais cool, en profitant pour m'hydrater et...bing! Comme en sortie club la semaine d'avant je laisse échapper le bidon. Ca coule sur le bitume, pas grave, personne n'est tombé et je me dis que je le remplirais lors du premier ravito (censé être le seul pour le petit parcours). Sauf que la ce n'est pas un barbare qui a pété le couvercle de mon bidon comme l'autre jour en Vallée de Chevreuse! Il s'est cassé seul le con. Impossible de le revisser?!?
P'tin à peine 30 kms d'effectué et déjà plus de flotte!! Gentiment un motard de l'organisation m'en donne dans le bidon que je ne remplis donc qu'à moitié sans couvercle. Et il me file aussi une little bouteille de 50 cl comme on en trouve à carrefour city lol. Il me propose d'aller au 1er ravito des moyens et grand parcours (km 42) car le mien est prévu au km 59. Et ensuite, il me remettrait sur les rails du petit parcours. Me voyant pas rouler sans eauen quantité suffisante, je valide son plan et me voila donc sur les routes du dernier LBL jusqu'au ravito de Bosson. On prend donc l'interminabvle montée que fred a très bien décrit dans son CR de LBL et nous voila donc au ravito! Je bois, finit mon bidon dénudé et ma bouteille d'eau plastique, les remplit et je cherche poncherello qui est introuvable!? Le fourbe a disparu...Etait ce une blague belge? Toujours est il que je me résoud à suivre la meute du moyen parcours jusqu'à Stavelot lieu du second ravito. Après il sera temps de trouver la route d'une gare la plus proche possible pour Liège car le train de retour en début d'aprèm' pour Paris ne m'attendra pas!! Bref revenons à nos vélos, me voila embarquer un peu à l'aveuglette (j'avais en tête le petit parcours pas le moyen...) découvrant le parcours au fur et à mesure. Je sais juste qu'on a 40 kms à faire pour aller au second ravito. Et se présente successivement dans un rayon de 20 kms 3 côtes (l'ancienne barrière, saint jacques et Wanne) qui font
respectivement 4 kms 800, 4 kms 600 et 3 kms. Les 2 premières pas très pentues mais interminables et par contre la 3 ème est plus sérieuse! Fidèle à mon état d'esprit lorsque la route s'élève, j'essaie de mettre du rythme et je remonte sans cesse moults cyclos avec l'envie de boucher le trou me séparant du groupe devant. Une fois rentré, soit le rythme était soutenu et je reste avec soit je repars après avoir récupéré. C'est le scénario qui se produisit. Très bonne sensations, j'avoue ne pas trop penser à la suite mais à ce pourquoi je suis venut, grimper en essayant de ne pas subir! D'ailleurs j'ai cru constater que bon nombre de participants (dans Chambralles avec certitude) était plus dans la souffrance que dans la gestion dans les côtes!
Revenos au haut de la côte de Wanne, la 3 ème de l'enchainement en une vingtaine de kms. En son haut il est indiqué que la prochaine côte se trouve à 10 kms (soit peu après le second ravito) sauf que 2-3 kms plus loin se dresse une côte sérieuse (mais non repertoriée donc!) dont il était précisé par contre que la chaussée était très degradée! Toujours incrédule devant ces surprises lors des cyclos ardennaises. On se dit que c'est juste un coup de cul de 200m mais non ça dure ça dure...
Et rebelotte après une descente périlleuse (pas dûe à ma vitesse lol) et truffée de trous encore une côte non repertoriée peu avant le ravito! Ouf on y arrive enfin et la j'explique mon cas à des gens de l'organisation qui me dirige vers une gare improbable (20 bornes plus loin...) qui me permettra tout juste de prendre un train pour ensuite attrapper celui qui me ramène chez moi!
Déçu non pas d'avoir continué sur le moyen parcours (avec au final plus de kms que si j'avais finit le petit) mais de louper la "jumelle" de Chambralles! Je la connais, j'aime l'escalader même si c'est souvent en seconde partie d'épreuve donc dur dur...
Bref pour le reste c'est toujours un immense plaisir de vivre ce genre d'événement avec ces pelotons internationaux, cette émulation et se sentiment d'être la ou ça se passe! C'est pas confidentiel, c'est festif, ça reste après et le rapport qualité/prix est exceptionnel! On voit du pays, on part à l'avanture avant de rentre au bercail. C'est pas etriqué quoi!
Dommage que le temps ne m'aura pas permit de montrer le paletot de l'ASM Cyclo. J'avais un coupe vent all black!

Next trip' Grinta Challenge à Tournai juste de l'autre côté de la frontière. Venez nombreux!