Fédération française de Cyclotourisme Association Sportive Meudonnaise Site FSGT Site du trophée Ufolep
Les news
Le forum
Le forum : la 77

lundi 07 avril 2008

la 77

Auteur: Michel Santidrian
8h du mat, il recommence à pleuvoir!
8 h 10, ça s'arrête ! Je ne sais pas trop comment m'habiller. Si je
prends le Gore-Tex, je risque de prendre le vent, si je ne le
prends pas, je risque de me mouiller...allez je le prends. Tant pis
pour le vent, je me mettrais à l'abri au maximum, mais brrr, 3°,
fait pas chaud.
Départ, je suis au 2/3 du paquet. La plupart des coureurs n'ont pas
d'imper mais bof, on verra bien. Comme d'hab. ça part à fond,
j'essaie de repérer un paquet auquel me coller mais ça bouge trop.
¾ d'heure de course effectuée à 39/40 et les 1ers sont toujours 3 ou
400 m devant ; va encore falloir serrer les dents, vivement que ça
se calme. Un gel serait le bienvenu et grosse bagarre pour aller le
chercher dans la poche. Pas pratique ces impers.
J'entends un salut venant de ma gauche, c'est Benoit Prat qui
remonte à ma hauteur.
1ère heure de course. Au détour d'un virage je m'aperçois qu'il y a
une coupure avec les premiers. Ouf, voyant Benoit s'approcher je lui
dis qu'avec cette cassure, ça va enfin se calmer un peu.
1ère bosse. Ça se décante un peu, mais sur le plat ça revient en
force de l'arrière. Pensée subite pour Pierre notre éco cyclo. Un
gars vient de jeter à terre sa topette vide. Je lui demande s'il n'a
pas de poche vide. Pas de réponse, je n'essuie que du mépris.
Km 93, la pluie fait son retour. Entre la buée et l'eau qui
ruisselle sur mes lunettes je n'y voie pas grand-chose. Je suis les
roues...en me faisant doucher : « Michel, t'as eu du nez de mettre ton
imper » me dis-je. Peu après le sommet d'une bosse, un gars me
demande de prendre un relai. Refus de ma part car j'ai déjà du mal à
voir les roues et, en plus, à chaque fois qu'il passe, il accélère,
targuant qu'on pourrait rattraper le groupe juste devant. Ce n'est
pas un cintre que je devrais tenir entre les mains mais une canne
blanche !! Rythme un peu trop rapide pour moi : je le laisse partir
avec un autre gars. Je me retourne et surprise je ne vois qu'un seul
gars avec moi. Tant pis, je continue à mon allure. Je bois un coup.
Bah, la tétine est pleine de sable ou de terre. Au bout d'un
certain temps je me retourne pour lui faire signe de passer car je
ne voudrais pas faire tout le boulot. Je le vois à 50 m derrière moi
et personne derrière lui. « Serre les miches Mimi et continue » ! 8
ou 10 kms plus tard, enfin on me rattrape. L'allure remonte.
Grêle !! Manquait plus que ça. Mes pieds commencent à faire flic
floc. Un homme en noir monte à ma hauteur. C'est Benoit.
Dernière bosse, celle-là je la connais. Je me place aux premiers
postes. J'entends le bruit des dérailleurs, tout le monde passe sur
le petit plateau, sauf moi. J'entame la montée sur le 52/18 et sème
mes compagnons. Fin de la courte bosse et à fond vers l'arrivée
située à 2 kms. Je double quelques esseulés et vais taquiner 2 gars
devant moi au sprint. Je perds d'un pneu.
Superbe matinée cycliste hormis ce fichu temps, et dommage que je
n'ai pas eu auparavant une sortie longue dans les jambes. Mais c'est
juste le début de saison, faut pas se plaindre.

Santidrian Michel : 368ème 4h 14' 9 Argent Caté H
30
Prat Benoit : 373ème 4h 14'29 Argent
Caté D 117